top of page

La Saint-Valentin, une fête d’origine chrétienne ?



Le 14 février, de nombreux couples célèbrent la Saint-Valentin, la fête des amoureux. Mais quelle est l’origine de cette tradition ? Est-elle liée à la religion catholique ? Et que signifie-t-elle pour les chrétiens d’aujourd’hui ?


L’histoire de saint Valentin


Il existe plusieurs légendes sur l’identité de saint Valentin, le patron des amoureux. Selon la plus répandue, il s’agirait d’un prêtre romain du IIIe siècle, qui aurait été martyrisé sous l’empereur Claude II. Ce dernier, voulant renforcer son armée, aurait interdit le mariage des jeunes hommes, estimant qu’ils seraient plus efficaces au combat s’ils n’avaient pas de famille. Valentin, par fidélité à l’Évangile, aurait continué à célébrer secrètement des unions chrétiennes. Il aurait aussi guéri la fille aveugle de son geôlier, et lui aurait envoyé une lettre signée “ton Valentin” avant d’être décapité.


Une autre version situe l’action en 270, sous l’empereur Aurélien, et fait de Valentin un évêque de Terni, en Ombrie. Il aurait été arrêté pour avoir converti des païens au christianisme, et aurait subi le même sort que le prêtre romain. Il aurait également accompli des miracles, comme faire fleurir un rosier en hiver.

Quelle que soit la vérité historique, le culte de saint Valentin se répandit dans toute l’Europe, et il fut canonisé par l’Église catholique. Il est fêté le 14 février, jour supposé de son martyre.


Le lien avec la fête des amoureux


Mais comment saint Valentin est-il devenu le patron des amoureux ? Il existe plusieurs hypothèses. Certains y voient une influence des Lupercales, des fêtes païennes romaines célébrées du 13 au 15 février, en l’honneur du dieu Faunus, symbole de la fertilité. Ces fêtes étaient marquées par des rites de purification, de sacrifice et de course, où les hommes frappaient les femmes avec des lanières de peau de bouc, censées les rendre fécondes. L’Église aurait voulu remplacer ces pratiques par la commémoration d’un saint.


D’autres font remonter l’origine de la fête des amoureux au Moyen Âge, dans la Grande-Bretagne encore catholique. Le 14 février était considéré comme le jour où les oiseaux s’accouplaient, et où les amoureux se choisissaient ou se renouvelaient leur serment. Des poètes comme Geoffrey Chaucer ou Charles d’Orléans ont contribué à populariser cette idée dans leurs œuvres.


Enfin, certains attribuent le rôle de saint Valentin à la cour d’Amour, tenue au XVe siècle par Valentine Visconti, la mère de Charles d’Orléans. Cette cour était un lieu de débat et de divertissement, où les nobles s’adonnaient à des jeux d’amour et de poésie.


La signification pour les chrétiens d’aujourd’hui


Aujourd’hui, la Saint-Valentin est devenue une fête commerciale, où les amoureux s’échangent des cadeaux, des fleurs, des chocolats ou des cartes. Mais elle peut aussi être l’occasion pour les chrétiens de réfléchir au sens de l’amour, tel qu’il est révélé par Dieu. L’amour n’est pas seulement un sentiment, mais un engagement, une fidélité, un don de soi. L’amour est aussi une grâce, un don de Dieu, qui nous appelle à aimer comme lui, sans mesure ni condition. L’amour est enfin une vocation, un chemin de sainteté, qui nous conduit à la joie et à la plénitude.


Saint Valentin, en célébrant le mariage chrétien, en guérissant les malades, en témoignant de sa foi jusqu’au martyre, nous invite à vivre cet amour dans toutes ses dimensions. Il nous rappelle que l’amour est plus fort que la mort, et qu’il est la source de toute vie. Il nous encourage à aimer notre prochain comme nous-mêmes, et à nous laisser aimer par Dieu.


En ce jour de la Saint-Valentin, demandons à saint Valentin de nous aider à aimer et à être aimés, selon le cœur de Dieu. Et n’oublions pas de remercier Dieu pour le don de l’amour, qui est le plus beau des cadeaux. Bonne fête à tous les amoureux !


 

Sources :

Saint-Valentin — Wikipédia

Saint-Valentin : savez-vous d’où vient son origine ?

Qui était le vrai Saint Valentin ? Les origines d’une fête mystérieuse …

En savoir plus

7 vues0 commentaire
bottom of page