top of page

Méditation pour le 1er dimanche de Carême

Chaque lundi partageons l’homélie que l’abbé Olivier Fröhlich (vicaire général) nous a proposé le dimanche précédent.


Les tentations de Jésus


« L’homme ne vit pas seulement de pain », rappelle Jésus. Cela signifie qu’il vit aussi de pain ! Que nous avons des besoins fondamentaux qui méritent d’être entendus : respirer, boire, manger, dormir... Besoin de sécurité aussi – comment ne pas l’évoquer alors que la population ukrainienne tremble sous les bombes !


Je ne vis pas que de pain, mais alors ... Qu’est-ce qui me fait vivre ? De quoi ai-je besoin ? Être aimé, une légitime estime de soi, l’espoir de vivre en paix, un désir de spiritualité... A chacune, chacun, de répondre à cette question pour lui-même.


Au désert, pendant 40 jours, Jésus connaît la tentation. Mais quelle est la différence entre désir légitime et tentation ? Entre aspirations profondes et inclinations avides et égoïstes ? Entre ce qui me fait vivre et ce qui me ronge ? Qu’est-ce qui vient de Dieu et qu’est-ce qui vient du Tentateur ? Entre gagner sa vie et devenir cupide, entre besoin de reconnaissance et recherche de gloriole, entre prendre ses responsabilités et volonté de pouvoir, où se situe le curseur ?


Jésus, face au Tentateur, se réfère à la Parole de Dieu pour comprendre ce qu’il doit faire. 3 tentations, 3 citations bibliques. Pour comprendre ce qui se vit en nous, pour discerner ce qu’il faut faire, l’Evangile est notre guide sur la route. « L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ».


Olivier Fröhlich

 

Évangile selon saint Matthieu (Mt 4,1-11)

En ce temps-là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable.

Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Le tentateur

s’approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Mais Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »


Alors le diable l’emmène à la Ville sainte, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »


Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. » Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte. »


Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient.

 

Lectures du 1er dimanche de Carême : www.aelf.org/2023-02-26/romain/messe

Illustration : Birds in Flight, Herbert von Reyl-Hanisch, 1932

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page