top of page

Méditation pour le 10e dimanche dans l’année B


Quand les certitudes vacillent, quand la frontière entre vrai et faux devient floue, quand le mensonge et la duplicité se banalisent, les fragiles liens de la confiance se brisent, et la solidarité humaine est menacée.

A l’heure des « Fake News » et du complotisme, alors que nous entrerions dans « l’ère de la post-vérité », il faut chérir le travail de discernement et la quête de la vérité.

Quelques jours après l’anniversaire du D-Day, nous rappelons que le discours haineux du nazisme a conduit l’humanité sur les chemins de la destruction.

Et comment ne pas voir que les affabulations de Poutine, la duplicité du Hamas ou les contrevérités de Netanyahou provoquent chaque jour destructions et morts ?

Et, dans un tout autre registre, puisque nous votons aujourd’hui, la tentation des partis de nous promettre de « raser gratis » risque de discréditer le discours politique et de fragiliser la démocratie.

Le serpent de la Genèse est le prince de la séduction et de la tromperie. Il fait miroiter monts et merveilles à l’homme et la femme pour leur faire goûter du fruit de l’arbre, il leur affirme sans vergogne qu’ils deviendront comme des dieux... De l’art de flatter les fragilités et les egos !

L’humanité se laisse souvent entraîner sur les chemins du mal quand elle se laisse séduire par le mensonge ou troubler par la duplicité.

Aujourd’hui plus que jamais, il faut être en quête de la vérité, toujours questionner, refuser le « prêt-àpenser » à la mode. « La vérité vous rendra libres », dit Jésus.

Olivier Fröhlich


 

Lecture du livre de la Genèse (Gn 3, 9-15)


Lorsqu’Adam eut mangé du fruit de l’arbre, le Seigneur Dieu l’appela et lui dit : « Où es-tu donc ? » Il répondit : « J’ai entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur parce que je suis nu, et je me suis caché. »

Le Seigneur reprit : « Qui donc t’a dit que tu étais nu ? Aurais-tu mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? » L’homme répondit : « La femme que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. »

Le Seigneur Dieu dit à la femme : « Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le serpent m’a trompée, et j’ai mangé. » Alors le Seigneur Dieu dit au serpent : « Parce que tu as fait cela, tu seras maudit parmi tous les animaux et toutes les bêtes des champs. Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon. »


 

Image : Ange dubitatif, Arcabas

3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page