top of page

Méditation : 6 août 23 : Fête de la Transfiguration


Que c’est beau un visage aimant qui regarde l’être aimé !


Visage rayonnant, oeil pétillant, et puis un quelque chose d’indéfinissable – mais reconnaissable toujours – étincelle d’amour et de bonheur.


Que c’est beau un visage aimé qui se laisse regarder par celle ou celui qui l’aime !


Se laisser regarder par ceux qui nous aiment, sentir sur nous un regard de confiance, ou de tendresse, est l’indispensable chemin pour qu’un enfant grandisse et devienne adulte, affectivement mature et psychologiquement serein. Sentir sur nous ce regard de bienveillance et de confiance nous aide à cheminer dans la vie, à oser, à traverser les épreuves.


Jésus a senti sur lui le regard d’amour d’une maman, regard parfois inquiet mais confiant, le regard fier d’un papa qui a choisi de donner le meilleur de lui-même à cet enfant qui est et n’est pas le sien, et enfin ce regard venu du ciel, serein et confiant : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie ! »


Au jour de la Transfiguration, Jésus rayonne de ce regard d’amour et de confiance que le Père pose sur lui.

Le voilà prêt à marcher sur les chemins de la Passion.


Heureux ceux qui sont transfigurés par le regard de celles et ceux qui les aiment.


Heureux ceux qui grandissent spirituellement parce qu’ils ont senti sur eux la chaleur bienveillante du regard divin.


Olivier Fröhlich

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Mattthieu (Mt17,1-9)


En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui. Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! » Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul. En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »


 


2 vues0 commentaire
bottom of page